Situation du Lycée français de Hong Kong : communiqué de l’UFE

Publié le 21 mai 2019

« L’Union des Français de l’Etranger, dont la raison d’être est de défendre les intérêts des Français de l’étranger partout où ils se trouvent dans le monde, soutient depuis toujours l’enseignement français à l’étranger.

 

Force est malheureusement de constater que depuis 2012 les pouvoirs publics français ont diminué leur effort en faveur de ce réseau, en diminuant les enveloppes budgétaires, en bloquant les contingents d’enseignants détachés, et en augmentant substantiellement les prélèvements financiers sur les établissements conventionnés, donc sur les parents d’élèves. Cette évolution se faisait au moment même où le nombre de Français établis à l’étranger connaissait une augmentation importante et que le nombre d’enfants français d’âge scolaire augmentait également.

 

L’UFE n’a cessé de déplorer cette situation d’autant plus choquante et incompréhensible que les budgets et les effectifs de l’Education Nationale française connaissaient dans le même temps des augmentations importantes. Les écoles françaises à l’étranger ne sont pas responsables du déficit budgétaire de la France !

 

Les redevances acquittées par les parents au profit de l’Etat français (l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger étant une agence gouvernementale), sont souvent destinées à financer d’autres établissements du réseau. Ce mécanisme, au demeurant opaque, s’apparente à un impôt non consenti qui frappe exclusivement les parents d’élèves ! Il est donc particulièrement choquant et pénalise de nombreux établissements conventionnés.

 

Dans ces conditions, l’UFE comprend et respecte la décision du conseil d’administration du Lycée français de Hong Kong en faveur de la fin de la convention liant cet établissement à l’AEFE. Le statut qui en résultera ne pénalisera en rien le lycée. L’UFE respectera tout autant la décision qui sera prise par l’ensemble des parents d’élèves. »

 

François BARRY DELONGCHAMPS

Président de l’UFE