The French Girl “croire que tout est possible”

Publié le 23 septembre 2021

Qui a dit que les changements de carrière voire même de vie étaient pour les autres ? Qui pense que nous faisons face à des obstacles du quotidien insurmontables ? Qui finit par se résigner et se contenter de son train-train quotidien ?

 

Selon de récentes études, 80% des Français ont déjà songé à changer de vie. Un cadre parisien sur deux se dit prêt à déménager en province. Le site – ma nouvelle vie – et ses 200 collaborateurs et partenaires accompagnent 10,000 familles en mobilité par an sur toute la France. (Source : Luc Morena).

 

Dans la réalité, peu nombreux sont ceux qui franchissent le pas. Le Club Emploi de l’UFE Hong Kong et Macao vous propose un entretien avec Caroline Tronel, artiste de rue, plus connue à Hong Kong sous son nom de The French Girl.

Un parcours sans fautes

Originaire de l’ouest parisien, rien ne prédestinait Caroline Tronel à se lancer dans le street art. Et pourtant, The French Girl, née en 2020, a fait une entrée remarquée sur la scène artistique de Hong Kong.

 

Passionnée de biologie, de physique et de chimie, Caroline s’oriente vers une solide formation d’ingénieur puis précise ses envies et rejoint l’ISIPCA, école française fondée par Jean-Jacques Guerlain et référence mondiale pour l’industrie des cosmétiques et des parfums.

 

Révélant d’ores et déjà son goût pour les décisions “hors normes” Caroline préfère rejoindre une petite marque de parfum naissante plutôt qu’une grande entreprise internationale établie.

 

C’est finalement Juliette has a Gun, maison fondée en 2006 par Romano Ricci, arrière petit-fils de Nina Ricci, que Caroline a décidé de rejoindre en tant qu’employée n°2. Travaillant de concert avec le fondateur, Caroline participe à la création des jus, des packagings et même à l’élaboration des stratégies marketing.

 

De fil en aiguille, Juliette has a Gun prend sa place sur ce marché ultra concurrentiel de la haute parfumerie et le besoin d’une présence sur la zone Asie-Pacifique pour accélérer le développement de la marque sur ces marchés prometteurs s’impose.

 

Femme prête à relever tous les défis. Caroline est volontaire. Basée à Hong Kong, elle multiplie les accords de distribution sur l’ensemble de la zone et concentre son attention sur le marché chinois. Ses efforts ne tardent pas à porter leurs fruits et la Chine devient alors le deuxième marché de la marque.

 

Crise du Covid

Malheureusement, comme pour tant d’autres entreprises françaises présentes dans la région, la crise du Covid aura des effets dévastateurs. Pour la première fois, des dissensions apparaissent au sein de l’organisation. Après 8 ans de collaboration, Caroline préfère clore ce second chapitre avec Juliette has a Gun.

 

Que faire à Hong Kong en pleine crise du Covid? Quelles sont les options disponibles ? Rentrer en France ? Persévérer dans le monde corporate ?

 

Suivre son instinct

 

Savoir s’écouter semble être une discipline en voie de disparition. Sous la pression d’un environnement de plus en plus contraint et exigeant, nombreux sont ceux qui vont accepter de mettre leurs désirs entre parenthèses. Les choix de Caroline, tant dans sa vie privée que dans sa vie professionnelle, nous montrent à quel point il est possible de suivre le chemin que l’on choisit.

 

L’importance des rencontres

 

Philippe Gabilliet, professeur de Leadership à l’ESCP, et grand promoteur de l’optimisme, insiste sur l’art de savoir cultiver la chance. Sa chance. Bien sûr, notre quotidien est truffé d’événements imprévus et de rencontres inopinées. Certains savent mieux que d’autres agencer ce chaos apparent à leur profit et y tracer leur chemin. N’était-ce pas un signe annonciateur que dès son plus jeune âge, Caroline signe ses missives K-RO en caractères graffiti ? Était-ce vraiment un hasard que Caroline s’installe au pied d’une des plus grandes œuvres murales de Hong Kong ? Et cette rencontre avec Ceet (Fouad) street artiste français originaire de Toulouse, basé à Shenzhen depuis 2017 et qui désormais recouvre de ses poulets les murs du monde entier ?

 

Un environnement familial positif

Avant de se lancer à corps perdu dans cette nouvelle aventure et avec l’intuition que cette décision – peut-être plus encore que toutes les autres – déterminera l’ensemble de sa vie, Caroline a la chance d’être entourée d’une famille à l’écoute de ses aspirations et prête à la soutenir moralement sans l’ombre d’une hésitation.

Et parmi les amis proches de Caroline, rares seront ceux qui tenteront de la dissuader de son projet. Pourtant les questions pertinentes n’ont pas manqué : comment vas-tu subvenir à tes besoins alors que Hong Kong est l’une des villes les plus chères du monde ? La question mérite d’être posée. Mais la décision de Caroline est prise. Et sans retour. Elle sera – enfin – street artiste.

 

La mission

 

La mission de Caroline est claire. D’une simplicité éternelle. Presque naïve. Apporter du bonheur aux gens, où qu’ils se trouvent dans leur quotidien : en route pour le bureau, en rentrant de l’école, en chemin pour retrouver leurs amis ou un être cher.

 

Avec une énergie positive sans limite et je l’avoue incroyablement contagieuse, Caroline s’investît de cette mission sans relâche. Elle n’ignore pas les difficultés et les obstacles. Mais ne doute pas un seul instant qu’elle les surmontera avec une apparente aisance déconcertante.

 

Caroline se distingue de ces artistes isolés dans leur monde et leurs ateliers. Elle appartient à cette génération sans complexes, hyper connectée qui n’envisage le salut de notre société qu’en cultivant cette intelligence collective.

Le futur

 

Le futur appartient à ce symbole de Double Heart. Enfant roi nė sur un rooftop de Hong Kong. Imaginé, certains diront enfanté, par la French Girl. Cet artiste hybride, fidèle à ses racines occidentales, intègre au sein même de son ADN cette richesse asiatique qui nous entoure. Résolument engagée dans le futur, à la pointe de la technologie, The French Girl réinvente une forme d’art primitif qui puise ses racines au plus profond de l’humanité. Des peintures rupestres de Lascaux, aux murs de Hong Kong, The French Girl inscrit son art dans une tradition millénaire et apporte le bonheur au monde.

 

La chance sourit aux audacieux, très clairement Caroline en fait partie.

 

Où trouver The French Girl dans les semaines à venir ?

C’est cette fois en tant que curatrice que The French Girl sera présentée à l’exposition THE UPCYCLING URBAN ART FAIR les 2 et 3 octobre prochains. Au sein du showroom d’OnTheList, en plein Central, 10 artistes présenteront des œuvres exclusives réalisées à partir de déchets.

 

La même semaine et à quelques rues seulement, The French Girl présentera sa collection de NFT (art digital) à la très attendue première Digital Art Fair de Hong Kong qui aura lieu du 30 septembre au 17 octobre sur Queen’s Road, Central. Une collection basée exclusivement sur des matières peintes à la main.

 

 

 

L’UFE Hong Kong et Macao

 

Depuis 1927, l’UFE continue à défendre les intérêts de tous les Français installés à l’étranger, elle le doit avant tout au soutien de ses membres et à l’engagement de ses bénévoles. Futurs expatriés, Français à l’étranger, rejoignez-nous !

Cyrille GOSSÉ, installé à Hong Kong depuis 7 ans, accompagne les cadres dans la gestion de leurs carrières et dans leurs recherches de nouvelles opportunités professionnelles. Passioné par la réussite de ses clients, Cyrille souhaite mettre en avant les parcours d’exception. Cet article sur “The French Girl” est le premier de ce qui sera on l’espère une longue série.